Mieux accueillir les oiseaux du littoral dans la Réserve Naturelle de Sainte-Lucie

Lundi 19 novembre 2018

Aude

A partir de novembre 2018, des aménagements vont être réalisés par la Région Occitanie dans la Réserve Naturelle Régionale de Sainte Lucie. Ils visent principalement à améliorer les conditions d’accueil pour la nidification d’espèces d’oiseaux protégés sur le littoral.

Cette réserve a été créée en 2009 par la Région sur les terrains préservés par le Conservatoire du littoral. Elle couvre 825 ha constitués de la plage de la Vieille Nouvelle, des anciens salins et de l’île Sainte Lucie. Elle présente un patrimoine naturel exceptionnel avec une mosaïque de milieux et de paysages extrêmement variés. Elle est gérée par le Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée et la Commune de Port-La nouvelle avec le soutien de la Région Occitanie et du Département de l’Aude.

Dans les années qui ont suivi, une réflexion a été menée avec l’ensemble des partenaires de la Réserve (collectivités, associations naturalistes, fédération départementale de chasse et associations de chasse locales, ...) mais également des scientifiques, afin de définir les objectifs de gestion des espaces naturels formés désormais par les anciens salins, qui n’ont plus vocation à produire du sel.

Les enjeux écologiques de ces espaces ont été définis, en considérant les richesses naturelles actuelles mais également leur évolution au regard des changements climatiques déjà constatés et à venir dans les prochaines décennies. Cette analyse a porté à la fois sur les espèces végétales - dont certaines ne sont présentes que sur le littoral audois en France, et principalement dans la réserve -, et sur les espèces animales, notamment les laro-limicoles (1).

 

La partie nord des anciens salins, particulièrement sauvage et sur laquelle la reconquête de la végétation (dont des espèces protégées) a été rapide suite à l’arrêt de l’exploitation salinière, évolue désormais vers des paysages de sansouires typiques de notre littoral. Les espèces présentes sur la plage vont pouvoir « migrer » à l’arrière, dans les anciens salins à un niveau un peu plus élevé que les arrières-plages.

Ce secteur sera un formidable laboratoire à ciel ouvert pour étudier la réaction de la végétation face aux changements climatiques et à l’élévation du niveau de la mer

La partie sud deviendra un site privilégié de nidification des larolimicoles grâce à la gestion des niveaux d’eau et à l’aménagement de 4 îlots de nidification dans les anciens partènements. Ce secteur retrouvera ainsi un paysage de salins.

Une gestion hydraulique fine sera assurée par les gestionnaires, et notamment par les agents du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée.

Les travaux vont consister en l’aménagement de nouvelles stations de pompage (enterrées pour une meilleure intégration paysagère) et la remise en état des canaux, martelières, buses.

En parallèle de ces aménagements hydrauliques, les anciennes stations de pompage et la maison des douaniers, en très mauvais état et dangereux, seront « mises en trace »afin de conserver la mémoire de ces témoins de l’exploitation salinière.

 

La Région Occitanie conduira ces aménagements, dans le cadre d’un transfert de maîtrise d’ouvrage par le Conservatoire du littoral. Le financement est assuré par la Région, dans le cadre des mesures compensatoires du port de Port La Nouvelle fixées par le Préfet de l’Aude fin 2015 pour l’aménagement du parc logistique portuaire.

Les travaux se termineront au printemps ou à l’automne 2019, selon les conditions météo.

 

La Réserve Naturelle Régionale de Sainte Lucie est gérée par :

 

 

 

(1)Le terme « laro-limicoles » regroupe plusieurs espèces d’oiseaux protégés migrateurs qui passent l’hiver en Afrique et se reproduisent sur le littoral méditerranéen français. Sous ce terme on retrouve notamment les sternes (naines, caugek, pierregarin), le goéland railleur, les avocettes…

Ces oiseaux nichent à même le sol sur le sable (soit sur la plage, soit sur des îlots dans des marais). Leurs zones potentielles de nidification sont souvent menacées par la fréquentation humaine, mais aussi par les prédateurs naturels (renards, goélands leucophée, chiens, …). Ils sont menacés à l’échelle de la Méditerranée et l’important pour préserver ces oiseaux est d’assurer un réseau de sites adaptés sur notre littoral, car ils changent souvent de site de nidification.